Pas officiellement candidat à sa propre succession, le maire de Mérignac Alain Anziani refuse de s’avancer sur la composition d’une liste pour les municipales. Il évoque cependant à mots couverts l’échéance de mars 2020. Et balaie l’ensemble des dossiers, dont ceux qui fâchent.


Le maire de Mérignac Alain Anziani lors de sa conférence de presse de rentrée.

J’ai été le maire de tous, en tout cas j’ai essayé de l’être. Demain, je vais essayer d’être le candidat de tous.” Sur sa probable candidature aux municipales l’année prochaine à Mérignac, Alain Anziani ne s’avancera pas plus. S’il ne se déclare pas officiellement candidat, il ne laisse cependant guère le doute planer. Mais il ne veut pas laisser tomber “l’habit de maire” pour endosser celui du candidat et partir en campagne. 


Je ne me vois pas dire : je passe plus de temps à faire ma campagne électorale qu’à m’occuper des dossiers

Alain Anziani, maire de Mérignac

Des dossiers nombreux à Mérignac. “Beaucoup de chantiers, beaucoup de défis” admet le maire. Il y a la nuisance sonore de l’aéroport dans certains quartiers, où Alain Anziani s’est rendu. “C’est invivable” reconnaît-il. “Il faut un nouveau projet (…) un aéroport éco-responsable.” En lien avec l’aéroport, l’extension du tram A va donner lieu à d’importants travaux. “Je comprends le mécontentement (des administrés) mais dans deux ans ils auront le tram (…) je leur demande de la patience.” 

Sur les points positifs en cette rentrée, Alain Anziani note les avancées en matière de végétalisation et de déplacements, notamment à vélo. Il réclame une ouverture des discussions pour qu’une piste cyclable “sécurisée” soit installée entre le centre-ville de Mérignac et celui de Bordeaux.

La République en marche, la droite : “on n’a pas besoin d’avoir des candidats prématurés”

Trop tôt pour évoquer en détails les municipales de 2020, c’est l’essence du message d’Alain Anziani. Interrogé sur les listes qui pourraient éventuellement s’opposer à la sienne, il répond : “Mérignac est une grande ville, il devrait y avoir une liste de la République en marche, après je leur dis (…) essayez de voir si le travail qui a été fait vous convient.” Un rapprochement avec la liste du parti présidentiel ? Trop tôt, là encore, pour plus de détails. Alain Anziani assure néanmoins qu’il restera socialiste “jusqu’à la fin de [ses] jours.”

Source : France Bleu Gironde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *